Alpine A310 Monté-Carlo 1975 Jean-Luc Thérier

Ma passion des autos anciennes et du sport auto

 

Saison 2014

5ème Rallye de Saumur – 29 et 30 novembre 2014

49 engagés sur ce rallye, dont 34 dans la catégorie « aguerri » et 15 dans la catégorie « navigation » dont nous faisons parti avec le numéro 52. Le plateau est une nouvelle fois éclectique avec les indémodables Porsche 911, Alpine A110, et des autos beaucoup moins connues comme une Jensen, quelques Volvo et des Reliant. Notre A310 sera la seule … et nous tenterons de la hisser sur le podium pour cette dernière épreuve de l’année.

Liste et photos des engagés : fichier pdf Engagés 2014

20141129_121304Nous terminons cette année 2014 sur un rallye de haute voltige, qui fait partie d’un championnat très disputé par des équipages très aguerris … Le road book dans les mains, nous découvrons l’ampleur de la tâche et mon beau-père n’étant pas en très grande forme commence à se décourager, d’autant que nous serons les derniers à fermer la route des 50 équipages au départ.

Nous nous fixons donc vite le but premier de ne pas se perdre !! et de limiter la casse tout au moins sur les zones de régularité qui comptent pour le classement de la catégorie « navigation ».

En passant l’A310 se fait remarquer auprès du public plus ou moins avertis présent ce samedi, beaucoup de monde en ce matin de fin novembre, où il fait tout de même 14°. La totalité des épreuves prenaient départ place de la mairie de Saumur dans une ambiance à la fois « historique » et festive, très jolie ville.

L’heure du départ approche, nous descendons dans l’alpine et enfilons nos casques radio, car pour cette épreuve (et les suivantes) j’ai acheté une radio pour communiquer entre pilote et navigateur, ce qui nous permettra de ne pas hausser la voix couverte par le bruit du moteur : et au final ce système s’est avéré performant pour nous, couvrant à la fois le bruit du moteur et nous permettant de communiquer tranquillement, provoquant moins de fatigue.

Cette 1ère épreuve est déjà compliquée pour nous car elle nécessite des changements de moyenne, mais nous mettons en place un stratagème pour s’en sortir, sauf que tout ne se passe pas comme on le veut !! alors au bout de quelques kilomètres, je décide de rouler sans tenir compte des moyennes, mais tout en me focalisant sur l’itinéraire. C’est ainsi, que peut-être pour la 1ère fois, nous ne faisons pas d’erreur de navigation, et comme l’a310 marche bien, nous enfilons les kilomètres en rattrapant même certains concurrents qui n’ont pas du comprendre pourquoi on les doublait puisque nous étions sensés être les derniers à partir … enfin tout ce passe bien pour nous, le temps est de la partie et les paysages sont superbes.

De retour place de la mairie dans les temps, pas le temps de sortir de la voiture il faut enchaîner la seconde épreuve et ce sera comme cela toute l’après-midi jusqu’à l’heure du repas à 21h30 … autant vous dire que le rythme était assez soutenu et nous avons eu quelques moments d’égarement principalement du au manque de concentration du fait probablement d’une fatigue latente, nous sommes tout de même partis à 6h30 … mais quand on aime … ça c’est quand tout va bien !

Nous : nous avons eu quelques galères tout de même. Eh oui, rebelote sur la ZR n° 8, notre a310 est tombée littéralement en panne, elle s’est arrêtée toute seule … fatiguée aussi !! Eh bien non, nous avons eu une petite alerte sur la ZR n° 6 : l’intensité de la batterie diminuait au fur et à mesure des kilomètres – ça ne vous rappelle rien ? – et du coup l’intensité de l’éclairage s’en ressentait. Nous nous arrêtons et vérifions la branchement de l’alternateur … panne bien connu que nous avons eu sur le dernier rallye en septembre. Tout est OK et bizarrement, tout revient dans l’ordre, l’alternateur charge à nouveau. On reprend donc la route, mais mon navigateur n’a pas la conscience tranquille … ce n’est pas normal et se tortille l’esprit pour essayer d’élucider ce problème.

Tout va bien jusqu’à ce moment où nous nous sommes sentis bien seul au beau milieu de la campagne en plaine nuit vers 20h30 et personne derrière pour nous aider. L’auto s’arrête donc toute seule après des signes de faiblesse au niveau de l’intensité de la batterie et je me range donc sur le côté pour ne pas gêner … je ne sais qui mais je le fais quand même.

20141129_115255Et là surprise du chef, le fil de l’alternateur s’est coupé au domino. En fait c’était ça l’alerte : ça commençait à se couper. Donc démontage du cache alternateur et réparation de fortune dans le noir le plus total avec une lampe torche. Mais il nous a fallu sortir l’auto des bas côtés de la route en poussant et à la lampe troche nous avons refait démarrer l’alpine en la poussant : par chance elle a démarré du premier coup, ouf, mais on a eu chaud. Nous finissons cette épreuve seuls à petite vitesse avec comme éclairage les codes, la batterie étant trop faible pour supporter la rampe de phares.

Bref, il est 21h30 quand l’organisateur nous appelle et nous demande où nous sommes car tous les équipages sont rentrés et sont déjà à table !! et je vous le donne en mille, nous venions d’entrer sur le parking du restaurant : et je remercie Philippe et Elisabeth pour nous avoir gardé au chaud 2 places à leur table : j’engloutis tout ce qu’il y a sur la table et beau-papa, qui n’a vraiment pas la forme, est assez déçu de tout cela ! Et vu la forme que nous avons, sachant que nous avons déconnecté plusieurs fois cet après-midi, et que l’auto n’est plus tout à fait fiable, nous décidons de ne pas faire l’épreuve de nuit pour rentrer à l’hôtel.

Philippe et Elisabeth sont en quelque sorte des compagnons de rallye, cela fait la 4ème fois que nous nous côtoyons : ils courent avec une Volvo 343 DL, un coupé des années 80 : je ne savais même pas que cela existait, mais Philippe l’a complètement dépouillée et améliorée pour ce type d’épreuve. Il finissent ce rallye à la 30ème place sur 34 en catégorie « aguerri ». Rendez-vous est pris pour la Nuit des Lions 2015 et notre Rallye Val d’Iton en juin 2015.

20141130_091151_000La nuit passe vite et c’est déjà l’heure de se lever. Je vous passe les moments dans la salle de bain … et revenons à ce qui nous 20141130_090445intéresse : l’alpine A310. Après une nuit à la fraîche, elle démarre au quart de tour … ouf, mais ça ne suffit pas à Gérard, qui dès l’arrivée place de la mairie à Saumur s’empresse de mettre le nez dans l’Alpine.

Mais ce qui me rassure c’est que les porches peuvent aussi rencontrer quelques problèmes :-) Ici c’est un fusible défaillant qui apparemment empêche la 911 de démarrer.

Tout est consolidé sur l’Alpine, Gérard repart serein pour les dernières épreuves de ce dimanche matin. Il nous reste une ZR comptant pour le classement que nous essayons de faire au mieux et toujours sous un ciel clément et des températures somme toutes très acceptables pour un 30 novembre.

Nous terminons sans difficultés les dernières épreuves et terminons à la 6ème place sur 10 concurrents dans la catégorie « navigation sans nuit ». Ce qui est le plus vexant c’est que c’est aussi une A310 qui est à la 5ème place mais une V6 ! Finalement nous nous en sortons plutôt bien, mais c’est toujours avec quelques problèmes que beau papa va tenter de résoudre définitivement pour le prochain rallye – sinon à quoi ça sert que je me décarcasse au volant !!.

Une belle organisation, un rythme assez soutenu mais toujours beaucoup de plaisir au volant de cette A310 … et en plus nous repartons avec un bon petit vin blanc que je ne vais pas tarder à déguster !

Quelques photos : cliquer ici

Une vidéo :

Image de prévisualisation YouTube

11ème Rallye du Maine Perche – 20 et 21 septembre 2014

20ème sur 37 participants … et voilà je vous vois arriver de loin, vous vous dites « ça y est il m’a tout dit » … eh bien non car si vous vous arrêtez là vous ne connaîtrez pas toutes les péripéties qui nous sont arrivées !!

IMG_20140920_101653Départ le samedi matin 8h00 d’Evreux pour aller chercher beau-papa, mon navigateur, arrivée à la Mairie de l’Aigle sans encombres, et nous rencontrons nos concurrents qui, pour quelques uns, ont été aussi les participants au rallye de Damville : là nous sommes d’égal à égal, mais sommes heureux de nous revoir : Estelle et Jean-Louis avec leur Opel Manta, Joëlle qui est passée du côté « obscure » car dans l’organisation de ce rallye, Carole et François avec leur Alpine GTA V6 Turbo, Guy avec son Alpine A110, Vincent et Philippe venus cette fois-ci avec une BMW 2002 TII et une Alfa, Daniel avec sa NSU, Isabelle et Alain avec leur Lancia Delta.

Contrôle technique de l’alpine, mise en place des autocollants, on s’imprègne de l’ambiance, 37 autos au départ sous un ciel bien nuageux mais sans pluie.

10h30, top départ pour la 1ère liaison et rejoindre le lieu du départ : nous en profitons pour perdre le numéro de porte côté passager ! j’ai du mettre trop d’eau savonneuse et il n’a pas du avoir suffisamment de temps pour sécher. Pas très grave, tant que ce n’est pas la porte ou les roues que nous perdons !

ZR n° 1 : L’Aigle – Le Mêle-sur-Sarthe, 69,540 kms, moyenne de 47,5 km/h et temps idéal : 1h 27mn 50s. Et bien ça n’a pas loupé, dans le 1er kilomètre, on se trompe – on ne change pas une équipe qui gagne !, cela devient une habitude – mais Gérard s’en aperçoit assez vite, donc nous ne cumulons pas trop de retard. Les choses étant rentrées dans l’ordre, et le retard rattrapé, tout se déroule à merveille sur cette épreuve, l’auto fonctionne bien, la boîte de vitesses est parfaite, le temps est de la partie. Nous passons le 1er TIP avec un peu d’avance, rien de méchant mais ça fait toujours mal pour les points, car dans la régularité, ce qui est le plus pénalisant c’est l’avance, normal sinon tout le monde roulerait comme des fous sans respecter la moyenne horaire. Je me fais un peu « rouspiller » par mon navigo, et terminons cette épreuve avec 16s de retard sur l’heure idéale.

20140920_110602Cette épreuve nous amène à la 14ème place dans le classement des Classic sur 22, et à la 27ème place sur 37 avec 116 points de pénalités (100 sur le TIP arrivé en avance et 16 pour 16s de retard sur l’heure idéale). Une petite subtilité dans le road-book, la moyenne horaire est à calculer, et merci les téléphones portables avec internet : je trouve rapidement un site qui nous calcule cela, pas besoin de se creuser les méninges et de faire les conversions.

ZR n° 2 : Le Mêle-sur-Sarthe – Bonnétable, 78,850 kms, moyenne de 50 km/h et temps idéal : 1h 34mn 37s. Epreuve parfaite, enfin si on peut dire car nous ne prenons que 9 points, nous assurons côté navigation, les TIP sont passés dans les temps et nous arrivons 9s après l’heure idéale, mais nous avons beaucoup de mal à nous caler pour arriver dans la seconde.

Le problème, c’est que le panneau « chrono » est situé entre 500m et 1km avant le panneau à damier, et entre ces 2 panneaux nous ne pouvons n’y accélérer ni freiner comme des fous, il faut être régulier dans sa course, sinon 300 points de pénalités à l’appréciation bien sur de l’organisateur, qui n’a pas manqué de rappeler cette subtilité de nombreuses fois. Et donc on se demande bien comment font certains concurrents pour arriver pile poil sur le panneau à damier à l’heure idéale. Voilà une marge de progression.

Nous terminons cette épreuve à la 6ème place dans la catégorie Classic sur 22 autos, et je ne souviens plus de notre temps au scratch … pas grave, il vous reste 3 épreuves à découvrir dont une de nuit.

ZR n° 3 : Bonnétable – Bellême, 71,200 kms, moyenne de 49,5 km/h et temps idéal : 1h 26mn 18s. Nous partons très serins sur cette épreuve, notre équipage étant maintenant bien rodé. Et ben oui, c’est toujours quand on ne s’y attend pas que ça arrive, souvenez vous avec la R17, plus de « jus » pour cause de condensateur défectueux … à croire que le sort nous suit dans nos déplacements.

20140920_110552Les différents passages en forêt sont assez sombres, aussi je mets les phares, normal. Quelques kilomètres plus loin, le témoin de la batterie est en plus bas, Gérard tape sur le mano, sait-on jamais, mais rien. J’éteins les phares, et toujours rien, l’aiguille ne remonte pas, alors là on commence à s’inquiéter d’autant que nous sommes en fin de journée, la nuit commence à tomber et l’épreuve n° 4 est l’épreuve de nuit ! Donc obligé de s’arrêter pour vérifier l’état de l’alternateur :  Gérard vérifie rapidement au bord de la route si la courroie est toujours en place, ras à ce niveau, on repart, toujours pas de charge, verdict : ça ne peut être que l’électricité. Arrêt plus qu’obligatoire, nous trouvons une place d’église dans un petit village et nous commençons à sortir la caisse à outils, à démonter le cache de l’alternateur, tout en laissant le moteur tourné et là : câble électrique arraché … « ben, ça va beaucoup moins bien marché comme ça » disait un certain type dans un film bien français !! Gérard enfile ses gants et tel un « géo trouve tout » nous répare cela en deux trois mouvements … mais le temps lui défile toujours et comme nous en perdons, nous perdons aussi des points, vous voyez quoi !

Bon on referme le capot moteur, on s’installe et on fait le point sur le temps perdu : au final nous sommes à la moitié du parcours et notre moyenne ayant fortement chuté, nous décidons de faire l’impasse sur les TIP (de toute façon c’est cuit de ce côté) mais de tenter de rattraper le temps au mieux pour arriver tout de même à l’heure au panneau à damier. Gérard n’y croit pas et se laisse aller au défaitisme en se disant « c’est comme ça, dommage ». Quant à moi, je me dis que je dois relever le défi et que nous avons l’auto pour. Ni une ni deux, j’enclenche la 1ère et nous voilà parti pour terminer la seconde partie de l’épreuve sur les chapeaux de roues !!! :-) elle est bonne celle-ci :-)

Et je me suis éclaté, quel plaisir, il est vrai que je n’ai plus du tout respecté le code de la route, mais tout en restant vigilant, au final, nous passons l’arrivée avec 3 ou 4 secondes de retard … seulement … et 30 points de pénalités, inespéré, quelle « éclatade », l’A310 marche fort, des moments instances, je n’ai pas peur des mots, c’était génial.

Résultat : sur cette épreuve n° 3, 15ème sur 22 et au scratch : 19ème sur 37 avec 155 points.

Ensuite c’est avec joie que nous nous sommes tous retrouvés les pieds sous la table pour un très bon repas, moments pour échanger nos impressions, des anecdotes ..etc.. avant la sacro sainte épreuve de nuit.

ZR n° 4 : Bellême – Bellême, 53,960 kms, moyenne de 50 km/h et temps idéal : 1h 04mn 45s. Il est 22h30, quand nous nous approchons de la ligne de départ. Au préalable, nous avons installé la rampe de 4 phares pour que la nuit s’éclaire devant nous, ça flashe dur.

Top départ, calcul de la moyenne, mise en route de nos instruments, et tout se déroule normalement dans la première partie. Au kilomètre je ne sais plus combien, petit doute sur une petite route à gauche que nous avons passé, et voyons également Guy avec son A110 faire demi tour … le doute nous emporte et nous faisons de même. Quelle erreur, et pourtant on se dit toujours qu’il ne faut faire confiance qu’à soi même : ça n’a pas loupé, on s’est bien planté et avons perdu quelques minutes. Donc rebelote, mais dans la nuit, chasse aux secondes plein phare.

En pleine ligne droite, j’enclenche la 5ème, et là impossible, ça ne veut pas passer :-( je me vois déjà en train de redémonter la boîte et tout le « toin toin ». Ca ne m’arrête pas pour autant les 4 autres vitesses fonctionnement.

Nous doublons quelques concurrents qui, nous voyant arrivés assez vite tout phare allumé, se range volontiers – le lendemain matin, le jeune navigateur de la Fiat X1/9 vient me voir pour me dire que l’alpine « marche bien » – il est vrai que nous les avons un peu laissé sur place ! Bon, d’un autre côté, nous étions en retard donc pas le temps de taper la bavette !

Et comme par enchantement, vers le fin du parcours, la 5ème refonctionne … ouf, je ne cherche pas pourquoi, je continue. Gérard pense qu’en ayant enclenché la marche arrière les fourchettes ont du se repositionner, je veux bien le croire car je n’y connaît rien !

Comme l’épreuve précédente, j’ai pris mon pied et dans la nuit c’est tout de même flippant à certains endroits. Nous prenons 112 points sur cette 4ème étape, et finissons 16ème sur 22 dans le classement « classic » et 22ème au classement général. Nous rejoignons l’hôtel du Golf de Bellême et dodo vers 00h30, pour un lever vers 7h00.

Il nous en reste une pour nous rattraper un peu.

ZR n° 5 : Bellême – Maisons-Maugis, 110,540 kms, moyenne de 50 km/h et temps idéal : 2h 12mn 39s. Excellent petit déjeuner en ce matin du dimanche 21 septembre, c’est aussi l’anniversaire de ma fille Flavie à laquelle j’envoie un petit sms, n’étant pas à la maison pour l’embrasser. Mais il faut se rejeter dans les baquets de l’alpine. Nous prenons soin avant de faire les niveaux, tout est ok à ce niveau, et pourtant nous pensions vraiment devoir rajouter un peu d’huile avec ce que nous lui en avons fait voir hier : c’est un moteur Renault qu’on se le dise !

Au départ, on se dit que celle-ci on la fait tranquille, et cette épreuve est tellement roulante que même tranquille nous sommes obligés de nous arrêter avant chaque TIP au moins 4 ou 5 minutes, sans parler de l’arrivée où nous avons attendu environ 10mn avant de repartir passer devant le panneau à damiers. Nous profitons même pour faire un peu de tourisme, lors d’un arrêt, nous découvrons un magnifique manoir au fin fond de l’Orne.

Epreuve assez cool sans difficulté, nous passons tous les TIP dans les temps et sommes heureux d’avoir terminés ce rallye sans casse, le tout dans une ambiance très conviviale. Merci André pour cette nouvelle organisation au top.

Au final : nous gagnons 2 places pour être 20ème sur 37.

Quelques photos :

Photos de Thibault LE MER

Le 12 septembre

37 engagés et une seule A310 …

Départ de la 1ère épreuve, le samedi 20 à 11h00, rendez-vous pour les vérifications entre 9h et 10h30 à la mairie de l’Aigle.

Pour ce rallye, c’est une toute nouvelle auto que je vais conduire avec sa nouvelle boîte de vitesse monté en rapport plus long. Son immobilisation a permis aussi beaucoup d’amélioration : changement de nombreux silentblocs, modification de l’éclairage de façon à ce que les 4 phares de la rampe fonctionnent à plein régime !! et amélioration de l’assise du siège navigateur afin que beau-papa soit bien installé ! car « il le vaut bien » !

Avec tout cela, on va essayer de ne pas se planter dans la 1ère épreuve comme d’habitude et d’être donc concentré dès le début sans trop partir comme un fou (ça, c’est pour moi !) et tenter de terminer dans le haut du tableau.

Le 18 juin

Inscription confirmée ce 18 juin pour ce rallye qui se déroulera principalement sur les routes du département de l’Orne (61), environ 75% du parcours, les 25% restant dans le département de la Sarthe (72).

Au programme, 5 étapes de régulariré pour un total de 350 kms :

  • Etape n° 1 : L’Aigle / Le Mêle-sur-Sarthe
  • Etape n° 2 : Le Mêle-sur-Sarthe / Bonnétable
  • Etape n° 3 : Bonnétable / Bellême
  • Etape n° 4 : Bellême / Bellême (étape de nuit)
  • Etape n° 5 (du dimanche matin) : Bellême / Maisons-Maugis

Deux classements sont prévus pour ce rallye :

  1. Les « Classiques », pour les voitures construites jusqu’en 1980
  2. Les « Youngtimers », pour les voitures construites après 1980.

 

7ème Critérium de Touraine Classic – 12 et 13 avril 2014

P1000858

Voilà, le rallye est terminé. 1ère photo, ça sent les pros : portique de départ avec banderole et toute une logistique bien huilée je dois le dire : félicitations aux organisateurs.

Ce rallye emprunte les spéciales du rallye de l’époque 70/80, ce n’est pas peu dire, il s’appelait « la ronde … », au dire d’un pilote, il s’agissait d’effectuer 20 fois le même circuit. Anecdote intéressante de cet ancien pilote, plus tout jeune aujourd’hui mais avec encore plein de vigueur dans sa Triumph pour participer à ce rallye historique, qui dans une épreuve de nuit, le samedi soir, a plutôt suivi l’ancien tracé de cette époque 70 plutôt que de suivre le road book !! c’est dire combien il a été marqué par cette épreuve !!

C’est donc le samedi matin, à 6h30, que nous partons pour Savonnières (37) lieu du rendez-vous pour les vérifications techniques et administratives et départ de la 1ère étape. Après avoir parcouru les 260 kms qui nous sépare de ce rallye, nous arrivons vers 10h00 et sommes surpris du nombre de véhicules dans le parking. Je m’attendais à 25 concurrents : en fait, la liste sur internet n’avait pas été mise à jour et c’est donc 48 concurrents présents, avec toujours d’aussi belles autos, dans un plateau éclectique d’anciennes et de modernes.

On se gare, je vais aux vérifications, tout se passe super bien, nous contrôlons les niveaux, collons les autocollants du rallye, sous un soleil magnifique qui nous suivra sur tout ce week-end de participation. Nous avons le n° 22 … et oui, je vous vois d’ici, on a effectivement eu le droit à la blague « 22, voilà les … » Quelle ambiance, on prend connaissance du dossier dans lequel sont consignées toutes les consignes. On ne comprend pas tout du premier coup, mais à la fin nous sommes confiant et aguerri (vous comprendrez plus tard !!).

29031-1La nouveauté pour nous, c’est le transpondeur : eh oui, le calcul des temps des zones de régularité se fait par une cellule soigneusement cachée sur le bord de la chaussée on ne sait où afin de favoriser la régularité au profit de la vitesse. Je ne sais pas si je suis clair : alors je tente de recommencer pour ceux qui se gratte la tête : à la fin de chaque zone de régularité, la cellule est disposée 50m avant le panneau signalant la fin de la zone, mais comme on ne connaît pas à l’avance l’endroit de la fin de la zone (on la connaît une fois arrivé devant), on ne connaît donc pas l’endroit où est positionnée la cellule qui va pointer notre temps : nous sommes donc obligés de respecter tout le temps et le mieux possible la moyenne horaire pour être le moins pénalisé : vous me suivez … allez je vous met un petit schéma.

Donc au programme : 16 épreuves de régularité pour environ 450 kilomètres à parcourir dans les magnifiques paysages de la Loire.

Départ le samedi à 11h30 pour une 1ère épreuve avant la pause déjeuner. Et comme à chaque rallye, maintenant nous en avons l’habitude, le temps de prendre nos marques, de bien se comprendre avec beau papa, et paf nous loupons une route à droite dès les 1ers kilomètres … Les moyennes étant assez soutenues entre 46,99 et 49,99, c’est dire que pour rattraper le temps perdu c’est assez difficile surtout sur les toutes petites routes vicinales du coin. Mais nous sommes là pour apprendre, et par pour gagner, quoi que l’on se prend vite au jeu et nous pestons toujours quand nous faisons des erreurs (mon beau-père me dit que je vais trop vite, mais je pense aussi qu’il n’anticipe pas assez … mais ça je ne lui dit pas !!).

Mais tout s’est amélioré au fur et à mesure, nous arrivons à nous comprendre et c’est toujours mieux ainsi. Nos appareils fonctionnent bien, la R17 aussi, je prends donc beaucoup de plaisir sur ces premières épreuves.

P1000860Sur la seconde zone de régularité, les choses se compliquent avec des changements de moyenne, encore une première pour nous, et comment allons nous faire car nous n’avons pas tous ces cadenceurs ou autres appareils de mesures (tripmaster par exemple) que les pro. de la discipline peuvent avoir. Qu’à cela ne tienne, nous nous adaptons et essayons d’anticiper : mais ce rallye est pour le navigateur une réelle épreuve, il a beaucoup de choses à faire en plus de m’indiquer le chemin ! Donc sur cette épreuve et sur la 3ème, nous prenons beaucoup de pénalités, toujours à des allures assez soutenues pour nous, novices. Les enchaînements des spéciales sont très rapides, ce qui nous laisse peu de temps pour faire le débriefing de chaque épreuve, car on se prend toujours au jeu et on veut toujours être plus performant qu’avant !

Et puis les routes empruntées ne sont pas si faciles que cela : peu large avec de nombreux virages, beaucoup de cailloux, peu de visibilité, revêtement défoncé (mais que fait la DDE … oui je sais ça n’existe plus mais c’était plus fort que moi !), bref il faut être attentif à tout moment ce qui nous a valu tout de même quelques frayeurs et des freinages ubuesques, mais Renault c’est du solide !

3ème, 4ème, 5ème et 6ème épreuve, tout s’enchaîne dans l’après-midi avant le repas du soir. On roule, on roule, et on roule, que du bonheur. Il nous faut faire le plein de carburant de l’auto avant d’attaquer l’étape de nuit. J’ai quelques appréhensions car sur le dernier rallye nous n’avions pas pu redémarrer l’auto, problème lié au régulateur si vous vous souvenez. Mais là j’avais pris soin tout de même d’en mettre un neuf et de vérifier régulièrement la charge, alors appréhension oui mais juste pour le récit !! car aucun problème la R17 du garçon de coiffeur est fiable. Et oui, c’est le speaker qui l’a dit, la R17 est la voiture des garçons de coiffeur des années 70/80 !! Il nous en a fait toutefois les éloges à chaque passage sous l’arche de départ, belle reconnaissance du modèle … même si ma coiffure n’était pas au top.

C’est l’heure du dîner assez copieux je dois le dire. Et c’est l’heure aussi des premiers résultats, nous sommes classés 22ème sur 31 dans la catégorie « aguerri », je vous en ai parlé en début de ce récit. En fait en m’inscrivant je pensais avoir coché la case « découverte », car nous n’avons rien de compétiteurs aguerris, alors on se regarde avec le beau-père mais bon tout le monde peut se tromper, alors je suis aller voir les organisateurs et faire vérifier mon bulletin d’inscription … eh bien oui je n’ai pas coché la bonne case, mais comme ce sont des passionnés également, il m’a de suite été proposé de nous passer en « découverte » … ben je leur ai laissé le choix puisque nous sommes là pour nous amuser.

Donc nous reprenons la route pour l’épreuve de nuit avec toujours le road book des « aguerris », pas grave, on continue comme cela et on se dit que c’est aussi pour apprendre (sauf que le road book pour les « aguerris » n’est pas le même que celui des « découvertes » vous imaginez bien). Alors, épreuve de nuit superbe, mais quand on dit nuit c’est le noir total, pas un petit morceau de lune pour éclairer un peu, et avec nos phares très unidirectionnel vous imaginez que les virages ne sont pas faciles à négocier et surtout, les petits panneaux de direction ne sont visibles que quand on est à leur pied et encore pour certains il nous a fallu sortir la lampe de poche. Le tout faisant qu’on a loupé une route et donc perdu un peu de temps. Malgré tout nous avons relevé l’ensemble des CP, c’est déjà ça.

Il est environ 23h30 quand nous regagnons l’hôtel pour une nuit bien méritée.

P1000872Réveil, oh là, il est déjà 6h30 en ce dimanche matin et les salles de bains de l’hôtel sont en grande activité. Petit-déjeuner et hop dans l’auto pour une matinée de rallye. Au programme, 8 spéciales sur des nouvelles routes de la Loire. Nous sommes plus détendus que la veille, c’est le métier qui rentre !!… et pouvons observer de belles demeures au fin fond de cette contrée bien verdoyante.

Nous profitons pour faire un peu de tourisme tout de même, l’enjeu de la compétition nous le permet. Fin des épreuves vers 12h00, et rien de spécial à vous raconter sur ce dimanche matin, si ce n’est qu’en arrivant nous trouvons une foule immense sur le parking réservé à nos autos. Nous découvrons rapidement qu’un rassemblement de véhicules anciens a lieu sur le parking d’à côté, d’où cette affluence dominicale.

Nous attendons l’ensemble des concurrents avant d’aller au restaurant pour un dernier repas en commun.

Nous finissons finalement 4ème sur 10 dans la catégorie « découverte avec épreuve de nuit » … et vous avoue que j’aurais bien aimé connaître notre classement si nous étions rester dans la catégorie « aguerri » … mais l’histoire ne se réécrit pas !

Nous reprenons donc la route vers 16h00 pour 3h30 de routes départementales, sous le soleil avec en prime le retour du week-end, autant vous dire que le trajet nous a paru long, pour arriver enfin chez moi à 19h30, quel périple sur ce week-end des 12 et 13 avril 2014. Encore une belle expérience et des rencontres surprenantes comme celle d’André SEGOLEN, 7 participations aux 24h du mans sur Porsche, pilote émérite ayant brillé dans les années 70/80 me semble-t-il.

Voici un lien pour visionner quelques photos : photos

Article dans Rétro Courses

31478-1

Le 05 avril 2014

Ca y est, l’inscription est confirmée, nous avons donc rendez-vous le 12 avril entre 8h et 11h à Savonnières pour les vérifications techniques et administratives. Pour l’occasion, j’ai du aller chez le médecin pour un certificat médical, document demandé par l’organisation … ça fait drôle de demander un certificat d’aptitude à la conduite en rallye de régularité … pour moi c’est la 1ère fois …

Selon la liste, nous devrions être 25 au départ, ça nous permettra de faire mieux dans le classement que les autres épreuves .. mdr !..

La Renault 17 est prête, restera les niveaux à faire vendredi prochain et à préparer quelques pièces (y compris un régulateur !).

Le 24 mars 2014

Retrouvez toutes les informations de ce rallye sur : critériumtouraineclassic, actuellement 25 engagés.


8ème Nuit des Lions – 11 et 12 septembre 2014

Superbe rallye avec 3 épreuves de nuit et beaucoup de plaisir, et on se prend finalement vite au jeu !

P1000782Tout commence le samedi 11 à 10h au centre ville du Neubourg pour les vérifications administratives et techniques : RAS, tout est en règle, le plafond est bas, grisé mais il ne pleut pas et le soleil tente de s’imposer.

Cette matinée, nous avons retrouvé de nombreuses connaissances dont des concurrents du dernier rallye Jeanne d’Arc. Merci à Frédéric, Eric et Bob d’être passés nous voir.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

Nous avons également retrouvé un participant du Rallye touristique Gazoline Africa 2006 possesseur d’une Alpine A310 1600 qui a de suite reconnu la Renault 17, un moment pour se remémorer d’inoubliables anecdotes.

12h15 : briefing pour donner l’ensemble des consignes avant un bon petit resto au chaud, histoire de prendre des forces … pour un départ de la première voiture à 14h00. Nous avons le numéro 18, aussi départ pour nous pour la 1ère Zone de Régularité (ZR) à 14h18, 1 voiture toutes les minutes.

ZR n° 1 : Le Neubourg – Epaignes, 65.510 kms, moyenne : 46 km/h, temps idéal : 1h25’27 ». Nous abordons cette 1ère épreuve avec attention et rigueur, nous avons souvenir de l’année dernière où il fallait être concentré. Pour équipement, nous avons 1 stylo, 1 chronomètre et une application GPSTripmeter, télécharger sur mon téléphone portable et qui convient bien à ce type d’épreuve.

DSC_2803b_GF

Alors c’est parti, le début se déroule bien, nous ne perdons pas le fil du road book … mais c’est sans compter les imprévus … et oui … après 5 kms, l’application se met en rideau et me demande de finaliser l’achat !. Oui, je n’avais pas testé l’application avant, juste dans mon lit un soir !!!, donc obligé de s’arrêter pour rentrer tous les codes …etc… sauf que en remettant l’application en route, tout a été remis à zéro, donc nous avons perdu toutes les données de temps, de moyenne et de kms. Alors nous revenons à la bonne vieille méthode du chrono et du compteur kilométrique.

Ce qui ne nous a pas trop mal réussi puisque nous terminons cette ZR n° 1 à la 17ème place sur 59 partants.

A Epaignes, nous sommes accueillis au Brazil Billard où nous pouvons nous restaurer un peu, l’ambiance est excellente.

ZR n° 2 : Epaignes – Le Routot, 49.660 kms, moyenne : 48 km/h, temps idéal : 1h02’04 ». La nuit tombe vite, c’est donc avec nos phares jaunes que nous nous mettons en piste pour cette seconde étape.

Top départ, nous sommes sereins, peut-être un peu trop car dès le 1er kilomètre … plantage … pendant que je réglais mon application et que nous contournons une voiture en train de faire un créneau en plein centre de ville, nous loupons la 1ère route à droite indiquée sur le road book à 0,750 km !!! Le temps de s’en apercevoir et de refaire un point : nous prenons 5 à 6 minutes dans la vue … autant dire beaucoup, et dans ce cas le seul objectif est de remonter cette perte de temps, il me faut donc aller vite, plus vite et mon navigateur doit également s’adapter et anticiper plus vite également.

P1000793Ce qui devait arriver arriva, vitesse, doute, nous faisons demi-tour 1 km après un point appelé Temps Intermédiaire Partiel (TIP) pensant s’être trompé de route et au final nous y étions bien … sur la bonne route !! 2 à 3 minutes de perdues à nouveau, au fond de moi je rage … d’autant qu’il y a un peu de brouillard, qu’avec nos phares jaunes, ce n’est pas l’idéal en terme de visibilité surtout dans les petits chemins au fin fond de la forêt.

Nous finissons tout de même l’étape au Routot où un parc fermé est organisé sur la place, mais nous avons perdu beaucoup de temps et pointons à plus de 8 minutes du temps de référence, résultat nous terminons 40ème sur 59, et sommes classés au terme des 2 premières étapes à la 33ème place. Place au repos et à table, moments privilégiés pour partager avec quelques concurrents nos différentes péripéties, et c’est là que nous voyons que même ceux qui ont l’habitude de ces épreuves peuvent aussi galérer.

Et il est déjà un peu plus de 22h00, André Denisot, l’organisateur, nous dévoile le top ten du classement et nous donne les consignes pour le départ suivant, la ZR n° 3. Départ des voitures par numéro à 22h30 mais dans l’ordre décroissant, notre départ est donc prévu aux alentours de 23h15 pour 1 heure d’étape.

ZR n° 3 : Le Routot – Le Neubourg, 47.090 kms, moyenne : 48 km/h, temps idéal : 0h58’52 ». Par contre, il fait super froid, alors un bon quart d’heure avant le départ, je m’installe confortablement dans mon siège pétale (sièges qui ont fait la renommée de la R17 et de l’alpine A310 V6), mets le moteur en route et surtout le chauffage, en plus il y a plein de buée ! pas très étanche la renault !!

1 minute avant le top départ, nous découvrons le road-book, et nous nous préparons donc avec en tête de réaliser une étape sans fautes, ou tout du moins limiter la casse au maximum afin de rattraper notre retard et améliorer notre classement : quand je vous disais qu’on se prend vite au jeu : vous devriez essayer !!!

Aller c’est reparti, le trajet nous fait passer par des toutes petites routes de campagne, nous ne pouvons pas profiter du paysage d’autant qu’il y a des tronçons avec un brouillard intense, qui ne nous permet pas de maintenir notre moyenne, mais nous nous débrouillons pas mal côté navigation, et dès que possible, j’insiste sur la pédale de droite pour augmenter notre vitesse.

Finalement, nous passons les différents TIP dans les temps, tout se passe comme sur des roulettes. A ce propos, « Roulette » c’est un tube de 1988 du Boss, vous ne connaissez pas, un pop rockeur d’enfer … « Born in the USA » … oui c’est lui Bruce Springsteen, je suis fan, non plus que fan, j’adoooooore, je viens de recevoir son dernier album … ouah … un monstre de musique. Allez, je vous laisse écouter :

Image de prévisualisation YouTube

DSC_2805b_GFAprès ce petit divertissement, retour à nos moutons, nous terminons l’étape dans les temps indiqués, sommes ravis, mais nouveau rebondissement, la charge de ma batterie diminue à vue d’oeil, les pleins phares éclairent comme les codes … mais que se passe-t-il ? Nous passons donc l’arrivée, et nous dirigeons vers le parking Intermarché du Neubourg où nous sommes attendus pour la soupe à l’oignon, j’en profite pour aller faire le plein. « Ah ben » ça n’a pas raté … impossible de redémarrer, batterie HS. Mais pas grave, j’ai le booster dans le coffre, mais rien y fait elle est vraiment vide. C’est aussi ça le rallye de régularité, l’entraide, un concurrent me propose un booster deux fois plus gros que le mien (qui d’ailleurs s’est avéré insuffisant en terme de puissance, il va falloir que je m’équipe mieux), et vroum la 17 repart. Toutefois, beau-papa, mon navigo et mécano à ses heures perdues c’est à dire toute la journée !, met le nez dans le moteur : l’alternateur ne charge plus, et arrive à la conclusion que le régulateur de l’alternateur est HS. Il opère une petite opération dont seul un électro-mécanicien est capable de faire (là il ne faut pas compter sur moi), et il « chinte » le régulateur, ce qui a pour objectif que la batterie est en permanence chargée par l’alternateur). Alors pour ceux qui dirons attention à la montée de la charge, ne vous inquiétez pas, on est de nuit et en hiver, alors avec les phares et le chauffage, le niveau de charge de la batterie n’a jamais dépassée le milieu : opération réussie car nous avons pu rallier Evreux comme prévu par la ZR n° 4.

Oui j’oubliais, nous terminons cette étape n° 3 à la 39ème place, peu mieux faire.

ZR n° 4 : Le Neubourg – Evreux, 44.750 kms, moyenne : 50 km/h, temps idéal : 0h53’42 ». Pour vous rassurer tout de suite, nous 8 ème Nuit des Lions 02finissons cette étape à la 24ème place, mieux me direz vous ! Epreuve sans trop de difficultés majeures si ce n’est de rester prudent à cause de la fatigue, notre heure de départ étant aux alentours des 2h du matin. Notre arrivée sur Evreux se fait donc sans encombre vers 3h00 du matin et sommes à 3 minutes de la maison. Nous profitons de cette courte nuit pour mettre en charge la batterie et le booster même s’il ne sert à rien … et pour ma part je vais retrouver la chaleur du lit conjugal.

Au terme des ces 4 étapes, nous sommes remontés un peu dans le classement : 33ème.

ZR n° 5 : Arnières-sur-Iton – Evreux, 78.460 kms, moyenne : 50 km/h, temps idéal : 1h34’09 ». Levée à 7h30 pour faire les préparatifs du matin, vérifier que la R17 tourne bien, faire les niveaux et sommes face à la mairie d’Evreux pour 9h30 comme prévu par les organisateurs. Nous découvrons les résultats de la veille que vous connaissez maintenant et s’en suit une attente de l’ensemble des concurrents et du top départ de la liaison pour rejoindre le parking de la mairie d’Arinières-sur-Iton, à quelques kilomètres d’Evreux.

Comme toujours, une minute avant le départ, nous découvrons le road-book et en le feuilletant, surprise, le tracet nous emmène sur les terres du canton de Damville, cher à mon beau-papa, puisqu’il y habite depuis très longtemps … à cet âge on ne parle plus d’année !!! … et cher également à votre narrateur, apprenti pilote, dont le métier est de gérer ce canton, notamment en y entretenant les routes. Autant dire que tous les deux sourions, mais rien n’est gagné. Toutefois, la connaissance du terrain nous a tout de même rendu la tâche de navigation facile, car connaissant pratiquement chaque carrefour, chaque route du canton, nous savions exactement où le road-book nous emmenait. Routes larges, qui nous ont permis de maintenir la moyenne de 50 km/h sur l’ensemble du parcours, pour pointer à quelques secondes prêts au finish (nos secondes sont les nôtres, mais peut-être pas celles des organisateurs).

Nous sommes tout de même confiants car nous avons vu quelques autos « moulinées », au moins celles-là seront derrière nous ! Retour sur Evreux un peu avant 13h00, nous avons une bonne heure devant nous, ce qui me laisse le temps d’aller laver la Renault 17 et d’aller la remettre au garage pour un repos bien mérité. De retour à 14h00, nous sommes invités dans la salle des mariages de la mairie d’Evreux dans laquelle les résultats définitifs sont proclamés : 27ème sur 59, nous avons donc progressé de 6 places sur l’étape de ce matin et par rapport à l’édition 2013, nous progressons de 3 places, il y a encore de la marge !.

Image de prévisualisation YouTube

Le 09 janvier 2014

Je termine un peu plus tôt le boulot pour aller chercher la R17 de jour car mon garage n’a pas la lumière. Jusque là tout va bien, je mets la clef dans le neiman, et … rien … et oui j’avais oublié la dernière fois de débrancher la batterie comme je le fais toujours !! Ni une ni deux, je sors les câbles, et vroummm, ça tourne rond, sauf qu’au moment d’enclencher la 1ère … impossible … embrayage collé ! Je ne sais pas mais la citation « jamais deux sans trois » s’avère pour ma part très réaliste.

Je rebranche les câbles de batterie et démarre en 2nde, et ouf, du premier coup l’embrayage se décolle, tout va bien. De retour à la maison, je vérifie tous les niveaux, la pression des pneus, met les autocollants « partenaires » sur la voiture, prépare quelques bricoles pour essayer de parer aux petites pannes qui pourraient arriver et appel beau-papa pour lui dire que tout est prêt et fixe le rendez-vous à 9h30 le samedi pour le départ sur Le Neubourg. Et là, « t’as pris une clef à bougies, les bougies », … euh non j’ai oublié !!

Allez je ne désespère pas d’être au top un jour !!, je mets la R17 dans le garage, mets la batterie en charge pour la nuit.

Le 05 janvier 2014

Tout commence ce samedi 04 janvier 2014 … après avoir été faire un tour avec l’alpine pour voir et écouter si tout va bien, bling, un bruit bizarre de roulement est apparu.

Aussitôt, je vois avec Jean-François pour qu’il puisse me faire une vidange de la boîte de vitesse afin de voir si le problème ne vient pas de là. Nous mettons donc samedi matin l’alpine sur le pont, et effectuons le vidange de la boîte : l’huile n’a apparemment aucun symptôme (pas de limaille de fer, pas d’eau), mais après remplissage, le bruit de roulement persiste.

Je fais faire un nouveau tour pour graisser l’ensemble de la boîte avec la nouvelle huile, mais rien n’y fait, et nous suspectons un problème sur un roulement de boîte : autant dire que c’est la galère.

An2012 (3)De retour à la maison, je décide donc d’installer l’alpine au chaud et de la bâcher le temps que … le temps que … là je réfléchi !! … et bien le temps que nous envisagions la dépose de la boîte de vitesse, de l’ouvrir pour constater les dégâts … donc ce rallye, ce sera sans l’alpine.

Mais je ne suis pas sans ressource, aussi nous serons bien présent avec ma Renault 17 TS Découvrable, qui fera je n’en doute pas, de très belles prestations pour notre deuxième participation.

 

 

Le 28 décembre 2013

Retrouvez l’actualité de cette édition du 8ème rallye de régularité sur : rétro rallye sport

« … Au programme:
Un parcours total d’environ 350 kms en 5 étapes avec un carnet de route métré-fléché ou non. Pas de cartographie.
Les 2 premières étapes de régularité se dérouleront en direction du Nord-Ouest du département (Eure), le dîner sera pris à l’auberge des Ecuries au Routot. Puis, après le dîner, la 3ème étape redescendra en direction du Sud pour Le Neubourg pour la pause soupe à l’oignon.
Départ de la 4ème étape à 1h 30 du matin pour se terminer vers 3 heures du matin. Vous pourrez alors regagner votre Hôtel au Centre Ville d’Evreux! Ultime étape de régularité, le dimanche matin, pour une boucle autour d’Evreux.
La remise des coupes se tiendra à la mairie d’Evreux avec le verre de l’amitié vers 13 h 30… »
Dans :
Par alpinea310montecarlo1975jeanluctherier
Le 4 novembre 2013
A 11 h 07 min
Commentaires : 3
 

3 Commentaires

  1.  
    Les chouchous d'Esa
    Les chouchous d'Esa écrit:

    Trois places de mieux par rapport à 2013 et 6 places gagnés en une matinée, trop bien et grand bravo à Beau-Papa le tournesol de la mécanique.
    Bravo aussi pour l’article.
    Bitumement votre F & C

  2.  
    esa evolutions
    esa evolutions écrit:

    Bravo dommage que nous ayons vu la course que trop tard sinon on se serait fait un plaisir de venir.

    Ce sera pour une prochaine.

    Que 2014 sois l’année de toutes les réussites.

    Florence

Répondre

 
 

Lesjoyeuxbourdons |
LED Lights Hub unblog |
Ayouchef1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Landroverweb
| Geolocalisationmaroc
| obd obd2 obd